6. Portraits

 

Ce sont les habitants qui créent et font évoluer un village tout au long des siècles. Nous vous proposons, ici, des portraits des civausiens, natifs ou d'adoption. 

  • AAPC

    Récit de vie filmé. Monsieur et madame Betts achètent leur maison à Civaux en 1981. En 1996, alors que celle-ci devait rester leur maison de vacances, ils se rendent compte qu'ils passent plus de temps à Civaux qu'en Cornouaille et décident de déménager définitivement dans ce village qui, disent-ils, n'a pas changé depuis des siècles. Ils entreprennent alors de nombreux travaux, apprennent le français et s'inscrivent à de nombreuses activités dans le village. Enchantés par l'accueil que leur ont fait les habitants de Civaux, dans ce charmant portrait, ces deux anglais devenus civausiens nous parlent librement de leur vie.

  • Francis COITTE

    Entretien filmé. Francis COITTE est le fils d'Adrien, l'étameur-rémouleur qui faisait des tournées à vélo dans le département de la Vienne et qui s'est finalement installé à Civaux. Francis COITTE présente les outils de son père, tout en commentant le savoir-faire qu'il a vu en oeuvre durant toute son enfance.

  • Pierre LASNIER

    Artisanat et industrie filmé. Pierre Lasnier est né en 1931. Dans cette vidéo, il effectue une démonstration à l’ancienne de la taille d’une moulure d’un manteau de cheminée dans la pierre calcaire de Civaux. Le grand-père de Pierre Lasnier est venu s’installer à Civaux pour tailler la pierre du pont de la Tour aux Cognons à la fin du XIXe siècle. Les Lasnier, tailleurs de pierre de père en fils, étaient également cafetiers, jusqu’à la fille de Pierre, Nadia qui tenait encore le café familial à la Tour aux Cognons dans les années 2010. René Lasnier, le père de Pierre, était donc tailleur de pierre et cafetier, mais il a aussi été maire, maçon pendant la guerre et coiffeur occasionnel les fins de semaines.

  • AAPC

    Média filmique. Roselyne Le Floch et Jean Boisset, frère et soeur, nous parlent de leur enfance passée dans une famille de petits paysans de Civaux. Cette interview est un fabuleux témoignage sur la civilisation orale aujourd'hui disparue, portée par les conteurs, les veillées, le rythme des saisons et le petit déjeuner autour de la cheminée.

  • AAPC

    Entretien filmé. Dans les années 50, l'instituteur de Civaux, monsieur Bastière se réclame de Freinet. Jean Boisset, alors écolier, nous raconte ses souvenirs et déclare que sans cet instituteur, il n'aurait manifestement jamais fait d'études. Devenu professeur de philosophie par la suite, il nous fait part de ses réflexions sur ces pratiques Freinet tout en les comparant avec celles, plus traditionnelles, qui sont revenues avec le départ de monsieur Bastière, et qu'a connues sa soeur Roselyne, de huit ans sa cadette.

  • "Les curés et les auxiliaires de la paroisse", AAPC, Civaux, 2014

    Récit de vie filmé. Michel Geais, le fils du sacristain de Civaux, nous parle de son père et raconte ses souvenirs d'enfant de choeur. Il évoque également sa grand-mère Ernestine, chaisière, sa tante Yvette qui s'occupait du linge de l'église, son frère aîné Pierre, devenu prêtre et le Père Abrioux, le dernier curé de Civaux, mort en 1976.